Deux possibilités s'offrent à vous :

visiter la galerie visible sur tablette ou écran d'ordinateur ou continuer 

Projet Mein Kampf

ou comment tirer les fleurs du mal

Suite à l’annonce de la réédition commentée du livre Mein Kampf par les éditions Fayard en 2016. Tatiana est fortement préoccupée par cette nouvelle, et s’inquiète de la façon dont on pourrait en faire usage. Elle propose alors un langage plastique pour éveiller la conscience des jeunes et interagir avec la population. elle souhaite désacraliser un ouvrage monstrueux à travers un acte artistique et civique…

Son propos est le suivant :

Tatiana va lire,

examiner et traiter chacune des pages du livre.

Ensuite, elle imprimera ces dernières en petit format, avant de souligner au stylo le peu de mots à connotation neutre, inoffensive ou mêmes positifs qui peuvent servir à créer un nouveau récit. Une fois le texte établi et cohérent,

elle effacera numériquement les parties de texte abjectes , donnant lieu ainsi à un nouveau récit.

 

Elle se souvient de l’époque où elle était à l’école primaire, un ancien combattant avait su témoigner de la vrai nature de la guerre.

Cette transmission n’existe plus.

 

Le dossier du projet a été envoyé (proposé) au ministère de l’éducation nationale, au ministère de la culture et au président de la république de l’époque l’ex-président, François Hollande. Malgré la pertinence du projet,

la DGESCO estimait que c'était aux enseignants d’aborder ce sujet qui reste d’actualité...

« Pourquoi ne pas utiliser l’un des objets littéraires les plus innommables et d’amputer totalement son propos en réécrivant un nouveau récit avec les mêmes mots. Censurer certaines parties, en laisser d’autres visibles pour raconter quelque chose d’autre. Quelque chose de pacifique, de beau, qui a un nouveau sens. Son acte s’inspire directement de ce que nous vivons en ce moment, tenter de gommer des informations, des lois, des guerres et transformer la réalité en illusion en paradoxe abscond et vulgaire. Après avoir déniché la première édition en français de 1934, il m‘a fallu plusieurs mois pour juste ouvrir le livre. Mon combat a commencé à la lecture de la première page et c’est à partir de ce moment que j’ai saisi l’importance de mon acte. J’ouvre une page de l’histoire qui demeure vive et qui résonne encore. Submergée par la peur de ce que j’allais découvrir et de ce que j’allais en faire. J’ai attendu plusieurs mois encore et c’est dans un rêve que l’ensemble du projet à pris forme et que la crainte s’est transformée en action intelligible. »

 

 

 

 

 

 

 

“Je pense que ce livre est encore tabou, qu’il demeure une plaie ouverte sur ce que l’humain a de pire en lui, même les écoles d’art en ont peur… J’ai eu des retours positifs sous conditions particulières… Je n’étais malheureusement pas étonnée des réponses négatives qui prouvent qu’un grand nombre d’institutions restent figées. Il faut savoir sortir de sa zone confort pour faire de grandes choses.  

Je prendrai le temps qu’il faut mais j’irai au bout de ce projet.“

Tatiana Chaumont est intéressée par

des propositions d'expositions, de workshops et de résidences artistiques.

Contact : tatianachaumont84@gmail.com

 

Remerciement à Ford Paul pour la participation  à la rédaction de la bio.

  • Facebook - Black Circle
  • Instagram - Black Circle
  • YouTube - Black Circle

Découvrez

"les expositions" 

Découvrez la bio

de Tatiana Chaumont,

 l'essentiel de son parcours artistique :

Découvrez

la "Galerie des oeuvres",

 un extrait des réalisations :

L’œuvre de Tatiana concentre un grand nombre d’éléments : encres, pastels, aquarelles, acryliques, feutres…etc. Au départ elle aborde cette production sous l’angle de l’expérimentation. L’idée est de laisser libre cours à l’expression du moment : la consigne principale consiste à expérimenter. Sa pratique devient méditative.

 

Avant le passage à l’acte, notre artiste réalise souvent de petits croquis préparatoires lors de ses déplacements composés de motifs qui s’enchevêtrent. D’autres fois, elle effleure à peine ses croquis du regard et se lance sans détour dans la création.


 

Installée sur d’imposantes tables où matériaux et outils sont à disposition, elle s’attaque à la grande surface blanche du papier ou sur toile composée d’un gesso semi-absorbant. À cet instant, elle écoute des documentaires sur les sciences ou l’art, de la musique sans parole, ou écoute la nature environnante pour l’accompagner dans son processus de création. Ce qui l’anime particulièrement c’est de faire rencontrer la matière, l'environnement, des instants saisis, des motifs abstraits, des symboles et de créer un rendu naturel, minéral par couches successives. Les touches de noir dans le rendu ainsi que les formes tranchées ont pour rôle de créer un impact visuel.

Les temporalités abstraites

“Je retourne à mon état d’enfant captivé par les couleurs par les entrevues de mes compositions abstraites, chaque morceaux désignent un temps, un lieu, une interprétation. Ce que j’aime ce sont ces rencontres improbables.”

 
 
  • Facebook - Web, Art & Bio
  • Instagram - Web, Art & Bio
  • LinkedIn - Web, Art & Bio
  • YouTube - Web, Art & Bio